Comment l’Islam est-il entré en Afrique ?

Comment l’Islam est-il entré en Afrique ?
Comment l’Islam est-il entré en Afrique ?

Si le Maghreb est musulman à plus de 99%, cela n’est pas le cas dans la plupart des autres pays africains. On l’a vu à travers la biographie de Chinua Achebe et la guerre du Biafra, les différences religieuses et les tensions entre les communautés sont même à l’origine de la plupart des conflits inter-africains (en nuançant, bien sûr, du fait que les différences religieuses servent à focaliser d’autres désaccords).

Il n’y a pas de réponse unique à la question « Comment l’Islam est-il entré en Afrique » ? Par la conquête et la guerre, par le commerce, voir même, en Afrique du Sud, par l’esclavage. Cette pénétration a pris environ dix siècles pour arriver au Cap de Bonne Espérance. Lire la suite de cet article

Comprendre la trilogie africaine : la culture Igbo

Comprendre la trilogie africaine : la culture Igbo
Comprendre la trilogie africaine : la culture Igbo

Pour comprendre l’oeuvre de Chinua Achebe, et tout particulièrement sa trilogie africaine, il faut connaître au moins un petit peu son monde.

La trilogie africaine, ce sont trois romans qui se passent de la fin du XIX° siècle à nos jours, dans un ensemble de villages Igbos imaginaires, mais enracinés dans la vie quotidienne, et dans l’expérience de Chenua Achebe, qui est né à Ogidi, dans un de ces petits villages. Lire la suite de cet article

Du Biafra à l’ONU, un écrivain engagé

Du Biafra à l’ONU, un écrivain engagé
Du Biafra à l’ONU, un écrivain engagé

Chinua Achebe est donc rentré chez lui, quand éclate ce qui va être une des tragédies de l’Afrique post-colonisation : la guerre du Biafra. Le coup d’état qui avait eu lieu dans le nord du Nigéria, au moment de la publication de « A Man of the People » avait été fait par des officiers igbos, et réprimé par d’autres officiers igbos.

L’ethnie de Chinua Achebe n’était donc pas particulièrement impliqué, mais le pays était déstabilisé, d’autant plus que sa structure fédérale semblait remise en question. Des émeutes éclatent en mai 1966, puis un deuxième coup d’état a lieu en juillet 1966. Cette fois-ci, toujours dans un affrontement nord / sud, (et musulmans / chrétiens) environ trois mille Igbos sont massacrés. Lire la suite de cet article

Le décès de Chinua Achebe : une très grande perte

Le décès de Chinua Achebe : une très grande perte
Le décès de Chinua Achebe : une très grande perte

C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris aujourd’hui le décès de Chinua Achebe, à l’âge de quatre-vingt-trois ans.

Ce très grand écrivain et poète nigérian était relativement peu connu du public français, car tous ses livres n’avaient pas été traduits, mais il est, au même titre que Léopold Sendar Senghor ou Ousmane Sembène des très grands noms sans lesquels il n’y aurait pas, aujourd’hui, de littérature africaine moderne.

Son visage souriant reflète bien son attitude chaleureuse et pacifique, alors qu’il avait vécu les horreurs de la guerre du Biafra. Lire la suite de cet article

Soigner à distance, avec un téléphone portable

Soigner à distance, avec un téléphone portable
Soigner à distance, avec un téléphone portable

Titre légèrement provocateur. On ne « soigne » pas à distance, car rien ne peut remplacer la prise de soins, et la consultation. Mais aujourd’hui l’e-medecine est bien présente en Afrique. Elle permet de pallier certaines des faiblesses du continent, comme le très faible nombre de médecins par habitant ou l’absence d’infrastructures médicales de proximité.

MedAfrica au Kenya

L’e-medecine utilise un des outils les mieux distribués en Afrique, le téléphone portable. C’est par exemple le cas de MedAfrica, qui a mis en place une application médicale pour le Kenya. Lire la suite de cet article

Les griots : de la transmission de l’histoire à la world music.

Les griots : de la transmission de l’histoire à la world music.
Les griots : de la transmission de l’histoire à  la world music.

On parle malheureusement beaucoup du Mali. Laissez nous vous présenter une tradition malienne, qui a su coexister harmonieusement avec l’Islam, alors qu’elle vient de la culture pré-islamique et animiste de l’Afrique : les griots.

On ne devient pas griot ou Jeli. On naît dans une famille de griots comme les Diabate ou les Kouyate au Mali. Ils étaient les porte-paroles des princes et des rois. S’ils conservent encore aujourd’hui leur statut prépondérant dans la société africaine, certains ont aussi franchi les portes de la gloire planétaire grâce à leur musique. En faisant vibrer tous nos sens, elle s’est aussi imposée dans le grand marché commercial. Lire la suite de cet article

Microsoft Youthspark : aussi pour l’Afrique !

Microsoft Youthspark : aussi pour l’Afrique !
Microsoft Youthspark : aussi pour l’Afrique !

Steve Ballmer, le « moins connu mais néanmoins essentiel » C.E.O. de Microsoft a annoncé récemment une initiative de sa société, « Youthspark », qui a pour objectif de donner des possibilités d’emploi et de développement à trois cent millions de jeunes dans le monde, dans les trois années à venir. L’ambition et le volontarisme du projet rappellent ceux de la fondation Bill et Melinda Gates dans le domaine de la santé.

Et comme pour la Fondation Bill et Melinda Gates, l’Afrique est particulièrement mise en valeur dans ce projet. On peut s’en mortifier, regretter que notre continent soit si difficile pour ses jeunes, on peut aussi s’en féliciter, en voyant ce programme comme un tremplin et une occasion de faire évoluer les choses. Lire la suite de cet article

La lente descente aux enfers tunisienne

La lente descente aux enfers tunisienne
La lente descente aux enfers tunisienne

On avait pu penser que les manifestations qui furent à l’origine du Printemps Arabe étaient moins violente en Tunisie qu’en Egypte, par exemple. On avait surtout pensé qu’une fois la démocratie rétablie, ces manifestations n’auraient plus lieu d’être, et que la prospérité économique reviendrait, serait plus largement et plus justement répartie dans la population. Lire la suite de cet article

L’ANC retrouve t-elle ses vieux démons de violence ?

L’ANC retrouve t-elle ses vieux démons de violence ?
L’ANC retrouve t-elle ses vieux démons de violence ?

Le 16 août 2012 a eu lieu à Marikana le massacre des mineurs en grève de la société Lonmin. Les médias ont relayé l’information comme étant la conséquence directe d’un conflit et d’une escalade deux organisations syndicales rivales, reliant les faits à ce qu’ils décrivent comme une «violence naturelle» qui serait spécifique à l’Afrique du Sud. Mais en réalité on ne saurait isoler ces faits des legs nombreux du régime d’apartheid (aboli en 1994), des conditions présentes d’exploitation et des terribles inégalités qui s’enracinent dans la société sud-africaine. Lire la suite de cet article

Au Sud Soudan les vaches sont une richesse et une source de conflits

Au Sud Soudan les vaches sont une richesse et une source de conflits
Au Sud Soudan les vaches sont une richesse et une source de conflits

Le bétail est au centre de la vie des populations rurales du Sud Soudan. Les vaches sont à la fois une monnaie, un avoir dont la beauté est reconnue, et un enjeu pour lequel les tribus se battent.
Depuis quelques années, les razzias traditionnelles se sont transformées en combats mortels. Les hommes ne se contentent plus de voler le bétail : ils massacrent leurs rivaux, brûlent des villages, violent les femmes et maltraitent les enfants.

Le Sud Soudan, qui a conquis son indépendance il y a à peine un an, est confronté à des défis difficiles à surmonter, alors qu’il tente de construire un état équilibré et stable. Et un de ces défis les plus urgents et d’arriver à maintenir un semblant de paix entre les voleurs de bétail. Lire la suite de cet article