Libye : des tensions ethniques de plus en plus grandes

Libye : des tensions ethniques de plus en plus grandes
Environ 1.500 familles ont fui leurs foyers en mars lorsque des combattants lourdement armés des communautés Qantrar et Meshashya se sont affrontés au début du mois. La lutte a duré cinq jours, tuant neuf personnes, selon le chef du Conseil municipal de la ville, Abdel Hakim Bedran.
Les organismes humanitaires ont fourni aux personnes déplacées, des vivres, des fournitures médicales et des packs non alimentaires, y compris des couvertures et de quoi cuisiner la nourriture.
« Nous sommes restés sans eau ni électricité pendant deux semaines, » a déclaré Mohamed Hussein, habitant de Midzah. « Les gens de Meshashya ont tiré sur les conduites d’eau dans le but de mettre notre peuple et le faire disparaître. »
Hussein est appartient au Qantrar, l’une des deux principales communautés qui avaient vécu ensemble dans la ville depuis près d’un siècle.
La Force nationale Mobile, une unité de l’armée libyenne, a pris le contrôle de la ville, à 180km au sud de Tripoli, pour mettre un terme aux combats, mais les habitants ont déclarés qu’ils se sentaient dans une situation précaire précaire et qu’environ la moitié de la population avait fui.

Les commentaires sont fermés.