Microsoft Youthspark : aussi pour l’Afrique !

Microsoft Youthspark : aussi pour l’Afrique !
Microsoft Youthspark : aussi pour l’Afrique !

Steve Ballmer, le « moins connu mais néanmoins essentiel » C.E.O. de Microsoft a annoncé récemment une initiative de sa société, « Youthspark », qui a pour objectif de donner des possibilités d’emploi et de développement à trois cent millions de jeunes dans le monde, dans les trois années à venir. L’ambition et le volontarisme du projet rappellent ceux de la fondation Bill et Melinda Gates dans le domaine de la santé.

Et comme pour la Fondation Bill et Melinda Gates, l’Afrique est particulièrement mise en valeur dans ce projet. On peut s’en mortifier, regretter que notre continent soit si difficile pour ses jeunes, on peut aussi s’en féliciter, en voyant ce programme comme un tremplin et une occasion de faire évoluer les choses.

Lori Hanick, Directeur Général en charge des actions citoyennes, souligne que, à la différence de l’Amérique du Sud, où  on manque de personnel qualifié et de jeunes éduqués, au Moyen-Orient et en Afrique on connait le taux de chômage le plus élevé chez les jeunes : environ 25%. Les diplômés des universités ont moins de chance de trouver un emploi que les jeunes qui ne sont pas allés à l’Université.

Pour simplement stabiliser ce taux, il faudrait créer quinze millions d’emplois supplémentaires par an, pendant dix ans.

La situation est particulièrement grave en Afrique Sub-Saharienne,où le taux de chômage des jeunes est tel que 72% des jeunes vivent en dessous du seuil de pauvreté de deux dollars par jour.

Microsoft Youthspark

Microsoft Youthspark, page d’accueil

 Youtshpark : l’exemple du Kenya

Les modes d’intervention du Youtshpark peuvent être compris à travers l’exemple Kenyan. Dans un pays en très forte croissance, qui devient un centre d’affaires régional, attirant des entreprises de nombreux pays, la formation technologique universitaire n’est pas adaptée aux demandes du marché de l’emploi, et les entreprises ont de grosses difficultés à trouver les jeunes professionnels dont elles ont besoin, tandis que les jeunes ont énormément de mal à trouver un travail.

Cette situation est dangereuse, et peut à terme freiner la croissance de la « Silicon Savannah » (le taux de croissance annuel du secteur des technologies est de 20% en ce moment).

Un partenariat a réuni Youtshpark de Microsoft, une ONG, Net Hope et une société locale, Computer Revolution Africa. Ensemble, ces trois entités ont créé une académie, la Net Hope Academy. Une pré-sélection de 400 candidats a ensuite été réduite à 40 étudiants. Pendant six mois, ceux ci ont bénéficié d’une formation intensive – et payée – à la fois théorique et pratique. La plupart des sociétés accueillant les stagiaires sont des partenaires de Microsoft.

A l’issue de cette formation, les étudiants ont découvert le monde de l’informatique, et acquis des compétences. Ils sont maintenant des futurs employés de prix, et Computer Revolution leur offre un bel avenir, tout en résolvant ses problèmes d’embauche.

Pour Microsoft, le bénéfice est à plus long terme : en soutenant la croissance technologique des pays en voie de développement, elle se prépare de futurs marchés intéressants.

Articles connexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *